Le plan d’épargne retraite populaire (PERP) est un produit d’épargne qui permet le versement à partir de l’âge de la retraite d’un revenu complémentaire sous forme de rente ou encore de bénéficier d’avantages fiscaux.

Fonctionnement

Le titulaire du PERP effectue des versements libres ou programmés. Comme avec l’assurance-vie, il peut investir sur des supports dynamiques, sécuritaires ou mélanger ces deux catégories.

Le PERP peut être débloqué quand son titulaire atteint l’âge l’égal de la retraite, sauf dispositions particulières : chômage, invalidité, décès…

A la retraite, le capital acquis au fil du temps peut être reversé soit à hauteur de 20% avec des rentes mensuelles, soit seulement par le biais de rentes.

En cas de décès du titulaire du PERP, la rente est versée au conjoint ou aux bénéficiaires désignés par le souscripteur (que le décès intervienne avant ou après la retraite du souscripteur).

Fiscalité

Pendant la phase d’épargne, tous les versements sont déductibles du revenu global du titulaire du PERP dans la limite la plus favorable entre :

  • 10% de ses revenus professionnels de l’année précédente, calculés dans la limite de 8 fois le plafond annuel de la sécurité sociale (PASS) soit 30.038 euros en 2015 .
  • à 10 % du PASS de l’année précédente soit 3.755 euros en 2015.

A la retraite, les rentes versées sont soumises à l’impôt sur le revenu et aux contributions sociales, après un abattement de 10 %.

Avantages

Le PERP permet de réduire l’impôt sur le revenu pendant la phase d’épargne.

Le PERP est exonéré d’ISF pendant la phase d’épargne. Pendant la phase de retraite, l’exonération continue si le titulaire remplit certaines conditions (sauf pour les primes versées après l’âge 70 ans).

En cas d’achat d’une résidence principale, les sommes versées sur le PERP peuvent être sorties en capital si le souscripteur n’était pas propriétaire de son logement 2 ans avant la clôture du PERP.

Le PERP est transférable d’un établissement à un autre.

Les possibilités de déblocage exceptionnel telles que l’invalidité ou le surendettement sont exonérées d’impôt sur le revenu (hors prélèvements sociaux).